Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 18:19
La vénus à fourrure

 

Ca commence comme une farce. Dès les premiers plans qui pourraient être sortis du "Bal des Vampires", Polanski nous fait entrer dans un théâtre alors que l'orage gronde.

 

Sur scène, l'auteur (pardon, l'adaptateur) se plaint au téléphone des castings lamentables qu'il vient de faire passer. Et quand elle débarque en retard, vulgaire, débraillée, il ne pense même pas prendre la peine de l'auditionner pour ce rôle si fin et si profond. Les premières séquences sont jubilatoires, entre un Matthieu Amalric névrosé et une Emmanuelle Seigner géniale de désinvolture, qui étale avec bonheur toute son inculture et ses mauvaises manières devant cet artiste épouvanté, y compris avec un chewing-gum tout à fait hors de propos...

 

Et pourtant, dès que l'audition commence, il se passe quelque chose. Une métamorphose instantanée qui prend tout le monde par surprise, en particulier ce metteur en scène qui voit tout d'un coup son personnage naitre devant lui. La suite ne sera que mise en abîme, décalages, renversement des rôles, domination de l'un sur l'autre. Du théâtre filmé, dans une unité de lieu et de temps que semble désormais affectionner le réalisateur, qui semble prendre un plaisir absolu à décortiquer chaque pièce du puzzle de la domination.

 

Même si Polanski est indéniablement habile en intérieur, même si sa mise en scène de huis-clos est très au point, c'est la performance hallucinante d'Emmanuelle Seigner qui fait vivre le film. Passant d'un registre à l'autre avec une aisance incroyable, l'actrice parvient à donner vie à cette pièce dans la pièce, dont les ressorts sont parfois un peu gros, et le fond pas vraiment passionnant (une constante dans les derniers Polanski...)

 

Amusant, certainement. Déstabilisant, parfois. Ironique, souvent. Surprenant, pas tellement. Un moment agréable mais pas déterminant dans la carrière d'un Polanski qu'on aimerait désormais qu'il sorte des huis-clos étouffants pour donner à son cinéma un petit peu d'oxygène.

 

 

 

Page Facebook

Compte twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires