Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 07:10
Le journal des séries : Ray Donovan

 

Hollywood, ses stars, ses scandales, ses meurtres et...ses détectives. 

 

La nouvelle Babylone n'a jamais aussi bien porté son nom, tant tous ceux qui la peuplent semblent se faire un malin plaisir à allègrement dérailler.

Des stars droguées, des hommes de main psychopathes, des filles légères, des avocats véreux et des arnaqueurs en tous genres. Et au milieu de ce cirque, un privé dont le métier est justement d'éviter que tout cela transpire, et que l'industrie puisse garder son charmant visage auprès d'un public bien élevé.

 

Il s'appelle Ray Donovan, et il en a gros sur la patate. Car son père sort de prison après 20 ans et revient avec l'objectif de renouer avec sa famille. Mais le passé ressurgit et la tempête gronde. Rien n'est simple dans une famille Donovan déchirée.

 

Une série étrange. Qui commence comme une série B hollywoodienne avant de basculer dans le pur polar noir américain, avec un détour par la tragédie grecque.

Certainement une série qui monte en puissance, les premiers épisodes ne rendent pas forcément compte de la force de l'ensemble, car c'est à la fois très compliqué, et assez mystérieux dans un premier temps. Les créateurs ont compris qu'ils devaient tirer parti des 10 épisode, et ne donnent pas toutes les clés dès le début.

 

Et le format fonctionne parfaitement, tant les derniers épisodes sont prenants, tendus, forts, et que les pièces du puzzle patiemment assemblées prennent corps dans une noirceur absolue. Car les personnages ne sont pas aussi évidents qu'on le croit.

Ray, le héros, auquel Liev Schreiber prête sa nonchalance et son charme, n'est pas le détective idéal que l'on croyait. Alors que le salaud total de père incarné par Jon Voight est beaucoup plus complexe qu'imaginé.

 

Comme dans les vrais bons polars, tout se brouille sous le soleil de Californie. Le sang coule, les coups pleuvent, les masques tombent. Et au centre, la famille, encore et toujours. Les histoires enfouies, les enfants à préserver, les couples à sauver.

 

Des acteurs admirables, une ambiance prenante, une histoire parfaitement pourrie : une vraie réussite.

 

 

 

 

Page Facebook

Compte twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires