Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 09:22
Bird People

 

 

Ils sont deux. Elle, femme de chambre dans un hotel de Roissy. Lui, cliché du businessman fatigué par ses voyages, à Paris pour assister à une réunion.

On les rencontre, on les suit, on ne les lâche plus, on ne sait pas trop pourquoi. Ils ne se croisent même pas. Romance cachée ? Coup de foudre à Roissy ? Pas du tout...

 

Il ne faut pas en dire plus, tant le film est un pari de cinéma. Le mieux est encore de rentrer dans la salle sans rien savoir. Cela préserve la surprise, permet de rentrer naturellement dans un film qui ose beaucoup sous ses airs de romance classique. Disons juste que la réalisatrice Pascale Ferran filme deux personnages qui veulent s'envoler, qui prennent conscience qu'ils veulent s'arracher  leur condition.

 

Elle, sortir de ce boulot pénible et répétitif, de ces transports sans fin. Lui, retrouver sa liberté en sortant de sa routine de travail, et en partant à l'aventure. Tout cela depuis un endroit dans lequel on commence par suffoquer : cet hotel d'aéroport, ses couloirs, ses sous-sol, ses chambres identiques, ces gens qui ne font que passer...

 

C'est presque comme un mort-vivant que Gary y arrive, entre lassitude et décalage horaire. Belle idée d'avoir confié le rôle à l'américain Josh  Charles (Will Gardner dans The Good wife), belle idée d'avoir gardé beaucoup de langue anglaise dans le film, belle idée d'avoir confié au merveilleux Roschdy Zem un petit rôle attendrissant de gardien débonnaire, belle idée d'avoir ensuite osé faire décoller le film, l'emmener avec un certain culot vers des séquences étranges, poétiques, décalées. 

 

Difficile d'en dire plus sans gâcher le plaisir. Une nuance quand même: je n'ai pas complètement retrouvé le très grand film qui a fait hurler de bonheur un certain nombre de critiques à Cannes, pointant au passage 'l'incongruité qu'il ne soit pas en sélection officielle.

 

Et pourquoi pas ? Sans chercher le chef d'œuvre, Pascal Ferran livre un film expérimental à la fois agréable et réussi. Et qui a toute sa place, pas forcément entre les monstres sacrés de la selection officielle, mais plutôt dans une selection bien nommée : "Un certain  regard"

 

Page Facebook

Compte twitter

En particulier dans cette fin pleine de souffle, magnifique moment de communion et d'espoir. Qui met en relief cette empathie, cette façon unique de filmer des êtres humains sans les juger, avec affection et profondeur.

 

Un très beau film. 

 

 

Page Facebook

Compte twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

Marla 12/06/2014 23:48

Merci pour votre critique! Je suis bien de votre avis: http://marla.blog4ever.com/bird-people-pascale-ferran-nous-donne-des-ailes