Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 10:15
Jersey Boys

 

Depuis quelques années, Clint Eastwood se fane. Le très grand auteur qui avait vieilli comme une bonne bouteille avait tourné au vinaigre lors de ses dernières sorties.

Des films mous du genoux, traversés d'obsessions de vieux monsieur un peu réac, qui commencent à écorner sur les bords la légende d'un des derniers grands géants classiques.

 

Mais on peut le comprendre, Clint.

Avec un CV comme le sien, le monsieur n'a plus rien à prouver, et profite des ces dernières années pour faire des films qui lui font plaisir. Tant mieux pour lui, et un peu tant pis pour nous. Tentons quand même de se passionner pour ce biopic musical du groupe "Four Seasons" en cette période de coupe du Monde où les distributeurs désertent allègrement les salles...

 

Franckie Valli and the Four Seasons ? A part pour votre grand mère (et encore...), un nom qui ne dit pas grand chose. Quatre gamins du New-Jersey, qui échappent au quotidien et aux petites combines mafieuses par la musique, enchaînant les tubes jusqu'au pétage de plomb...

 

Le forme du biopic est d'abord surprenante, avec des personnages qui parlent face caméra dès les premières images, laissant entrevoir un film un peu décalé. Mais pour le reste, ce biopic sera hélas douloureusement classique, rassemblant les habituels forces et faiblesses de l'exercice.

 

Pour les forces, quelques beaux moments d'émotion, des acteurs assez à l'aise dans leurs baskets, une reconstitution soignée et quelques séquences musicales agréables, pour peu que l'on supporte la voix très particulière du chanteur principal, à mi chemin entre le canard et la perceuse.

Mais pour les faiblesses, c'est évidemment un scénario hyper attendu (les débuts, les doutes, l'ascension, la chute, le retour, les retrouvailles, vous reprendrez bien une petite chanson avec ça ?), une longueur bien mal maitrisée et un manque d'audace de tous les instants.

 

Difficile, peut-être, de se transformer en David Fincher avec un sujet pareil, mais tout ceci baigne vraiment dans la naphtaline, sent la poussière, et relève de l'académisme le plus codé. Difficile de retrouver la patte de Clint Eastwood dans ce film soigné, mais engourdi, malgré une belle mélancolie qui se détache des dernières images.

 

Le réalisateur a d'ailleurs annoncé se remettre en selle pour réaliser American Sniper, un thriller avec la coqueluche du moment, Bradley Cooper.Pas sur que ce soit une bonne nouvelle.

 

 

 

 

Page Facebook

Compte twitter

Et comme toute série de qualité, les créateurs ont parfaitement anticipé la fin. Car ils ne sont plus que deux à l'orée de cette 6ème saison, prêts pour le dernier tour de piste. Comme pour la première, les deux alter-ego sont désormais face à face. Le Marshall et le criminel, pas si différents l'un de l'autre, l'histoire éternelle du polar américain...

 

Autant dire qu'on attend avec impatience cette dernière saison

 

"You'll never leave Harlan alive"

 

 

Page Facebook

Compte twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires