Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 08:04

1/ Interstellar de Christopher Nolan

 

2/ Saint Laurent de Bertrand Bonnelo

 

3/ Mommy de Xavier Dolan

 

4/ Grand Budapest Hotel de Wes Anderson

 

5/ Gone Girl de David Fincher

 

6/ Her de Spike Jonze

 

7/ Maps to the stars de David Cronenberg

 

8/ A most violent year de JC Chandor

 

9/ Only lovers left alive de Jim Jarmusch

 

10/ 2 jours 1 nuit des frères Dardenne

 

 

Après une année aussi triomphale que celle de 2013, on pouvait craindre un faux-rebond. Mais sans être aussi complète, 2014 s’est avérée intéressante souvent, passionnante parfois. Avec un cinéma qui n’en finit pas de se renouveler, d’évoluer, de se métamorphoser. Il y a ceux qui peuvent suivre, et il y a les autres, mais la plupart de ceux qui ont marqué l’année auront été là où on ne les attend pas.

 

Nolan semble rejouer Armageddon ? Il offre un space opéra plein de surprises et d’émotions.

 

Xavier Dolan tourne sur lui-même ? Il fait exploser l’émotion sur l’écran le temps d’une chanson de Céline Dion.

 

Bonnelo fait un biopic ? A peine, surtout un gran film sur le temps, découpé, élégant, incroyablement incarné.

 

Fincher revient au polar ? C’est pour mieux démonter le mariage américain dans une férocité incroyable.

 

Quand à Spike Jonze, Jim Jarmusch et David Cronenberg, ils ont carrément acté que le monde a déjà changé. L’un donne des émotions à un ordinateur, l’autre organise de crépuscule des vampires, et le troisième fait carrément brûler Holywwod.

 

Mais dans une année aussi étrange, trois films auront pour moi, survolé tous les autres.

Mommy, par la puissance émotionnelle dingue qui en ressort, avec les outils du cinéma les plus simples.

Saint Laurent, qui est tout ce que devrait être un film sur ces choses indescriptibles : le temps, la beauté, la mélancolie

 

Et puis Interstellar. Derrière les moqueries faciles et les procès d’intention, un film monstre, un blockbuster d’une inventivité folle, qui se permet tous les excès, et qui fait se rencontrer l’aventure, l’émotion, le temps. Un film qui propose avec un bonheur rare de faire ce que l’on ne fait pas assez souvent au cinéma : repousser toutes les limites.

 

Page Facebook

Compte twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires