Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 10:29
La bataille de la montagne du tigre

 

En Chine, à la fin de la seconde guerre mondiale, l’anarchie guette. Après le retrait des japonais, les gangs de bandits ont pris le pouvoir dans les campagnes, terrorisant les populations en entassant armes et trésors dans des cachettes secrètes. Le petit détachement d’une trentaine de vaillants soldats détaché pour l’occasion se retrouve face à des milliers de hors-la-loi sauvages et surarmés. Il faut commencer par défendre le village menacé, ses habitants apeurés, puis pénétrer le nid d’Aigle du grand bandit en chef, en plein cœur de la montagne du Tigre…

 

Ça vous rappelle quelque chose ? Normal, le grand Tsui-Hark recycle avec bonheur les codes du western pour les appliquer à la Chine du milieu du XXème siècle. Ce sont évidemment les 7 samouraïs (et les 7 mercenaires) pour la défense du petit village opprimé, mais aussi tous les grands classiques dans la galerie de personnages :l’orphelin, la femme fatale, le mystérieux inconnu, le capitaine vaillant et pur, l’horrible bandit psychopathe et son escouade de coupe-jarrets.

 

Du bon vieux western qui navigue entre premier et second degré, avec la touche d’exotisme en plus, comme quand le tigre fait irruption avec violence pour remplacer les vautours ou le serpent à sonnettes. Sur une durée élargie, Tsui Harl égrène avec une énergie de jeune homme les batailles rangées, les embuscades, et les attaques plus dingues les unes des autres. Avec bien sûr, des traitres partout, et les ruses du renard du héros mystérieux pour réussir son incursion dans l’antre du bad guy. Un lieu mystérieux, montagneux, reclus, peuplé d'une équipe de chefs de clans patibulaires et menaçants...

 

Il y a quelque chose de délicieusement vintage dans ces batailles d’honneur et dans cette traque des bandits de grand chemin, sans drones ni écrans, mais juste avec des parchemins et traces dans la neige.

 

C’est impressionnant, drôle, trépidant, et parfaitement compréhensible malgré les dizaines de personnage et la rythme effréné. On est dans ce western chinois comme dans de très bonnes pantoufles.

2 heures et 20minutes de grand spectacle. Merci Tsui Hark

 

 

Le blog sur Facebook

Le blog sur twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires