Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 23:06
Le journal des séries : Game of Thrones

Game of Thrones (HBO) - Saison 5

 

Il vaut mieux avoir vu les 4 premières saisons pour lire cet article

Pas de spoilers saison 5

 

 

 

On avait laissé les 7 royaumes en fin de saison 4 avec le lot syndical de morts et de départs, après une saison un peu moins puissante que les 3 précédentes. Impression confirmée par cette saison 5 assez inégale, puzzle assez longuet qui ne semble avoir que pour objectif de nous amener vers les montagnes russes des deux derniers épisodes, avec force batailles, scènes chocs et (évidemment) morts tragiques. Résultat : le plaisir est toujours là, la passion un peu moins.

 

On rappelle les différents fronts ouverts en début d’exercice : Jon Snow et Stannis Baratheon  ont repoussé l’invasion le long du mur, les Lannister règnent (sans papa ni frangin) sur Port real, Tyrion se balade dans le Sud pour échapper à la vindicte de sa sœur, Daeneris est reine de la pas très pacifique cité de Mereen, et Arya tente de rejoindre l’homme sans visage.

 

Bref, c’est la fin du grand jeu d’échec dans les 7 royaumes. Les dynasties semblent bien en place, les alliances sont stables, et l’on s’intéresse désormais davantage aux destins individuels qu’au grandes luttes d’influences entre familles. Seul Stannis, depuis le Nord, semble être en mesure de redistribuer les cartes.  C’est probablement cette stabilité qui donne à cette saison ce rythme lent et cette impression de surplace. La plupart des sous-intrigues pourraient être résumées en deux lignes alors qu’elles durent dix épisodes. Malgré quelques nouveautés (la religion à Port Real, la visite de Dorne, …), la série donne la désagréable impression de se raccrocher à des scènes chocs un peu faciles pour continuer à surprendre.

 

Mais surtout, on sent que les auteurs ne savent plus forcément ou ils vont, car ils viennent de rattraper les livres. En conséquence, l’incroyable densité dramaturgique des premières saisons a laissé place à une série qui ne se construit qu’à vue d’œil. Il suffit de regarder le tout premier épisode de la série pour retrouver le vertige du mystère, des faux semblants, de la haine cachée et cette pression qui est déjà là. Rien de tout cela ici puisque les motivations des uns et des autres sont claires comme de l’eau de roche, chacun faisant exactement ce que l’on attend de lui,

 

Pas facile donc, d’être aussi cohérent qu’avant, et la construction de la saison entière n’est plus qu’un gigantesque tremplin vers les 2 derniers épisodes.

 

Et comme promis, ils sont plein de fureur et de sang, de violence et même de surprises. Ils sont captivants, presque trop denses, car ils dénouent l’ensemble des intrigues pour l’ensemble des personnages. La tout dernière image de la saison aurait déçu et choqué. Tant mieux. Le pire qui pourrait arriver à cette série serait de s’enfermer dans un traintrain et de ne plus surprendre personne. La grande redistribution des cartes en fin de saison laisse d’ailleurs augurer une saison 6 intéressante, a minima.

 

Game Of Thrones reste la série la plus attendue, la plus commentée, la plus décortiquée. Sous une lumière pareille, le déclin semble inévitable, même si certaines séries n’ont jamais connu cette pente douce.

Car il reste quand même un grand spectacle, des personnages inoubliables, et un univers passionnant. Il reste une addiction au moins aussi forte qu’avant. Il reste de très beaux combats, quelques destins maudits, des perdants magnifiques. Et même les plus grincheux sont déjà déprimés d’avoir à attendre 9 mois pour voir la suite. Combien de séries peuvent se prévaloir d’une telle attente ?  (celui qui a dit « The Walking Dead » est prié de sortir, merci) 

 

 

Le blog sur Facebook

Le blog sur twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires