Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 21:14



Après un parcours artistique mitigé aux Etats-Unis (le jubilatoire Volte Face, mais aussi les très moyens Windtalkers et MI2, sans parler de l’abominable Paychek), John Woo a décidé de retourner vers l’Asie, qui l’avait consacré à l’époque le roi du cinéma d’action. Pour mériter l’admiration (entre autres) de Scorsese et de Tarantino, il avait sorti dans les années 90 une série de films d’action et de polars absolument incroyables, mélange de violence chorégraphiée et de lyrisme poétique. La plupart des ralentis et des gunfights dans les films américains des ces quinze dernières années viennent de là, Matrix en étant l’exemple le plus connu. Alors le maître a t-il retrouvé cette singularité gommée par la grosse machine hollywoodienne ? En partie oui, car s’il ne se hisse pas au niveau de ses sommets de l’époque, il s’agit sans aucun doute de son meilleur film depuis dix ans.

L’histoire relate des guerres entre différents royaumes de Chine, au IIIème siècle. Un fourbe premier ministre cherche à s’emparer du pouvoir, il ne reste plus que 2 royaumes pour lui résister, les armées sont en place en vont en découdre. Et nous voilà partis pour deux heures et demie de batailles sanglantes, d’exposés sur les différentes théories militaires, de duels, de chevauchées et de gigantesques batailles navales. Alors évidemment si tout ça ne vous passionne pas dès le départ, inutile de vous imposer le film, vous risquez fortement de bailler du début à la fin. Mais dans le cas contraire, précipitez vous vers les séances restantes pour en prendre plein la vue.

D’abord, les scènes de batailles sont totalement hallucinantes : caméra virevoltante, ralentis parfaitement utilisés, fluidité de la mise en scène, c’est une véritable leçon de cinéma d’action à laquelle John Woo nous convie. En particulier, la deuxième bataille, entre une cavalerie qui charge et un groupe de fantassins qui les prend en tenaille, est absolument jubilatoire. Le compromis parfait entre un cinéma de mouvement frénétique et une mise en scène qui permet toujours au spectateur de savoir où il est. On n’avait pas vu ça depuis… ben , en fait, on se demande si on avait déjà vu ça quelque part.

Ensuite,  entre l’action et les batailles rangées, Woo prend son temps pour insérer des moments de pure réflexion militaire voire même des instants de poésie franchement gracieux. Finalement, comme à la grande époque  il ne fait pas de l’action pour faire de l’action, mais au service d’une histoire elle-même complexe et cérébrale. Il prend également le temps de diriger correctement ses acteurs, qui développement des personnages vraiment intéressants.
Grande réussite donc, sauf… un petit problème technique. Pour des raisons commerciales, le film est un condensé d’une version asiatique de deux films de 4 heures et demi au total. Et ça se sent : la narration n’est pas équilibrée, les batailles sont parfois un peu courtes, parfois franchement longues et on a parfois la très désagréable impression de regarder un film avec le doigt sur bouton accéléré de la télécommande. Les 5 premières minutes qui torchent la présentation des personnages sont vraiment difficiles à suivre, et quelques longueurs montrent que le monteur n’y a pas été franchement avec le dos de la cuillère. Il ne reste plus pour voir la vraie version, probablement bien supérieure, qu’à aller la chercher sur Internet. Merci la pub pour le téléchargement…

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires