Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 08:45



Quatre amusants compères partis pour Las Vegas afin d’enterrer comme il se doit la vie de garçon de l’un d’eux qui a décidé de se faire passer la corde au cou. Un prof sexy et grande gueule, un timide, un bizarre et le marié gentil avec tout le monde : ça commence comme n’importe quelle comédie «Vegassienne » et ça continue avec les suites de luxe, les femmes inquiètes à la maison et les premiers verres qui tournent. Mais c’est à ce moment que le scénario bifurque avec une excellente idée : le trou noir complet. Plutôt que nous faire partager en live la soirée hors du commun de nos quatre ivrognes, on retrouve trois d’entre eux au réveil, dans une chambre totalement dévastée en compagnie (entre autres) de poules, d’un tigre, et d’un bébé, et avec une perte de mémoire complète. Le jeu de piste va consister à remonter le temps pour retrouver tout ce qui s’est passé cette nuit, et accessoirement, mettre la main sur le marié disparu avant le grand jour.

C’est en laissant apparaître au fur et à mesure à quel point les conneries réalisées la veille sont épouvantables que le film trouve son rythme, et happe le spectateur. A chaque fois qu’on se dit que c’est la pire, la suivante est encore plus gratinée et entraîne les trois protagonistes dans un tourbillon irrésistible. Bien sur, c’est d’autant plus facile à Vegas, où les prostituées pullulent, où le mariage express est une institution et où les flics semblent être manifestement plus dangereux que les mecs qu’ils enfermement. Les auteurs s’en sont donné à cœur joie, sans aucune restriction ou aucun sérieux. ce qui leur permet d’enchaîner les scènes très réussies, avec l’intervention de personnages hauts en couleur (aah, le mafieux chinois…) C’est donc à la fois très osé (certaines scènes avec le bébé sont hyper limite), parfaitement vulgaire et profondément con, mais complètement assumé, avec talent et sens du rythme. Alors si on peut regretter la fin un peu convenue, on pardonne vite quand se déroule un générique d’anthologie, 200% débile, totalement culte et qui a fait applaudir la salle à tout rompre.

Au vu de son aspect trash, de ses 250 « fuck » et de ses parties intimes en plein champ, ce film a récolté un classement « R » au Etats-Unis. Ce classement est fuit comme la peste par les producteurs puisqu’il empêche un moins de 17 ans d’aller voir le film tout seul, et est sensé rabaisser considérablement le potentiel commercial du film. Depuis sa sortie US il y a un mois, Very Bad Trip bat à plate couture à la fois les blockbusters d’action moisis, mais aussi toutes les comédies familiales mièvres de Will Ferell et d’Eddy Murphy. Un petit phénomène qui rappelle à tout le monde, après Star Trek et avant le prochain Pixar, que la meilleure recette du succès, même aux Etats-Unis reste … de faire un bon film.

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

chocho 14/09/2009 14:59

Je vais souligner mon désaccord par un ptit commentaire :

C'est juste un des deux ou trois films que je n'ai pas réussi à finir... Sachant que j'ai vu en entier un film comme "eh mec elle est ou ma caisse"

On a arrêté les frais au bout d'une grosse demie heure. Ok je l'ai pas vu au ciné, ok je l'ai pas vu en VO (mais quel double POURRI) et c'est deux facteurs bien aggravants MAIS, cela n'empêche pas :
- un gros manque de rythme sur cette demie heure
- l'enchainement de clichés vu et revus
- une réa facile
- des acteurs moyens
- des gags lourds, trop lourds. C'est franchement trop forcé.

J'ai eu l'impression de voir American Pie "Dix ans après", et c'est peut être que je suis plus dans le "trip", mais en tout cas, le bad trip, c'était pour moi pas pour eux sur ce coup là.

A retenter bourré entre mecs... Ou pas !

DH84 14/09/2009 16:39


C'est marrant, t'es loin d'être le premier à ne pas avoir franchement aimé, voire à avoir complètement laché l'affaire...comme quoi
Bon, il faut dire que c'est surtout après la première demi-heure que ça s'emballe. Le début est très conventionnel, ultravu, mais c'est justement parce que c'est original après que j'ai
apprécié.
Et puis c'est très personnel, et c'est sûrement un peu primitif, mais j'adore le spectacle affligeant de gros alcooliques le lendemain de cuite qui essaient péniblement de traîner leurs vieilles
carcasses pour reconstituer leur nuit. Et même quand tu te dis "putain, merci pour la fin bien moralisatrice à deux balles" et qu'on te sert le générique le plus dégueulasse et le plus incorrect de
l'année, ça a un côté salle gosse qui m'a bien plu...