Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 07:26

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

BACRI.jpeg

 

"Ben , qu'est ce que vous faites là ?" 

 "On s'emmerde, qu'est ce que tu veux qu'on fasse ?"

 

 

Il y a celle qui a envie de croire, mais dont la vie ne va pas si bien que ça. Il y a celui qui ne croit pas, mais qui sa laisse peu à peu envahir par le doute. Il y a celui qui a la foi en son avenir, et qui va en faire une obsession. Il y a celle qui croit au prince charmant, et qui fait tout pour qu'il devienne réel. Et puis il y a cette petite ado qui se met à croire en Dieu toute seule dans son coin, à la grande surprise de ses parents qui ne savent pas trop quoi faire de cette crise de foi. Depuis le temps, on avait presque oublié le carrousel de Bacri et Jaoui, cet univers feutré peuplé de personnages désespérément normaux, mais dans le bon sens du terme. Si l'on exclut deux dernières sorties dont pas grand monde ne se souvient, c'était bien "Le goût des autres" qui avait définitivement installé le duo au sommet d'un cinéma français assez unique, parce qu'un peu intello tout en restant fermement populaire.


Et d'ailleurs, pas grand chose n'a changé en 10 ans. Beaucoup de personnages d'abord séparés, qui se rencontrent et se croisent au fur et à mesure. Des filles sensibles mais décidées, jamais victimes. Des hommes hésitants, parfois tendres, parfois lâches, parfois malfaisants. Et bien sûr Jean-Pierre Bacri dans son éternel costume de schtroumpf grognon qui se laisse attendrir. Les plus jeunes qui ne connaissent pas l'univers pourront être enchantés. Pour les autres, et même si l'effet de surprise n'est plus là, ce retour aux sources fera probablement aussi son effet, car les deux compères n'ont pas perdu la main.

 

La relecture en mode "conte de fées" n'est souvent qu'un prétexte. Il y a bien Cendrillon, un petit chaperon rouge, une bonne fée un peu gauche, un prince charmant, un château, une sorcière... et un loup. Voilà pour le décor, les clins d'œil, et la patte artistique qui rend d'ailleurs le film plus agréable que la moyenne. Mais pour le reste, ce sont bien des personnages très actuels qui sont au centre de tout, avec leurs doutes, leurs envies de croire, et leurs limites très humaines. Difficile d'en dire plus tant le film explore beaucoup de pistes... Disons simplement que c'est tendre, humain, parfois un peu trop facile quand même.

Disons aussi que c'est parfois très drôle principalement grâce à Jean-Pierre Bacri qui n'a pas perdu la bonne habitude de lâcher les pires horreurs avec un naturel confondant, et dont la répartie rencontre toujours un vif succès. Inévitablement, c'est lorsqu'il s'enferme dans cette voiture d'auto école avec Agnès Jaoui que le film est le plus enlevé, le plus drôle, le plus fin.

 

Le reste du casting est également très au point, avec une mention spéciale pour un étonnant Benjamin Biolay. Dans le rôle du loup, il est à fois  distant, froid, charmeur, inquiétant, irrésistible. Un très beau rôle et une magnifique composition, à l'image d'un film qui ne condamne jamais ou ne juge ses personnages. Simplement les regarde se débattre avec leurs envies, leurs croyances, et leurs vies.

Alors même si beaucoup auront tendance à comparer avec les très grandes sorties de Bacri et Jaoui de l'époque, il est indéniable que ces deux là volent toujours plus haut que les autres, dans le petit cirque du cinéma français. 

 

 

 

 

 

 Page Facebook

Compte twitter      

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires