Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 06:18

EtoileNoire.gif

 

what-to-expect-when-youre-expecting-3-1024_0.jpg

 

 

A Hollywood, il y a de grands artistes qui filment des sujets passionnants avec une mise en scène magistrale et un extraordinaire art du dialogue, comme Nolan, Fincher ou encore PT Anderson.

Et puis il y a les autres.

Ceux qui préfèrent mettre en images les sujets les plus éculés et les plus banals, en écrivant un script sur un bout de nappe et en enveloppant le tout d'une réalisation indigne d'un télé-achat de milieu de journée sur la TNT. Et malheureusement pour les quelques téméraires qui se sont risqués dans la salle, celui-ci appartient évidemment à la deuxième catégorie.

 

La manie du film choral artificiel n'est pas nouvelle, mais elle semble trouver une seconde jeunesse récemment. Après avoir proposé une variation sur des thèmes aussi novateurs que l'amour, Noël, ou encore -suprême audace- le nouvel an, voici donc pour votre plus grand plaisir, la version traitant d'un des principes les plus mystérieux et les plus originaux (parce que très rare): l'arrivée d'un enfant.


On embauche donc une belle brochette de demi-stars en inter-contrat, on charge avec application le distributeur de clichés, on écrit deux ou trois gags idiots et on secoue très fort le tout sans se demander une seconde si l'ensemble aura une once de cohérence, de rythme ou de drôlerie. La galerie comprend donc la femme enceinte souffrante et hystérique, l'angoissée, la workoholique qui communique mal avec son homme, et évidemment le bellâtre pas tout à fait prêt pour l'épreuve, mais qui se soigne. C'est d'ailleurs ici la seule bonne idée de départ du film, avec ce gang de papas qui parcourent le parc avec leur smala en forme de thérapie de groupe. Mais c'est bien tout.

 

Car faire un film choral réussi implique une maitrise du tempo et de la mise en scène minimum, surtout pour une comédie. Ici, aucune idée de mise en scène, aucune direction d'acteurs, un coulis sucré et terrible pour un ensemble d'une paresse innommable, avec même quelques fulgurances franchement embarrassantes pour tout le monde, le point culminant étant atteint avec un voyage initiatique en Ethiopie où Madonna -pardon, Jennifer Lopez- va faire du bébé-shopping chez les Masaï... Con-ster-nant !


 

Le plus désagréable, c'est probablement que derrière un vernis politiquement-incorrect-mais-pas-trop-quand-même, le film véhicule les clichés les plus arrêtés et les plus faciles sur la grossesse et la parentalité, sans le moindre second degré.

 

Beurk. 

 

 


 Page Facebook

Compte twitter      

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires