Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:43

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

19636149.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110112_025519.jpg

 

La Scandinavie, et la Suède en particulier, est devenue en quelques années un des grands pourvoyeurs de polars pour la littérature. Dans la lignée du succès mondial de Millenium et des bouquins d’Heining Mankell, une foule d’auteurs (plus ou moins bons) se sont faufilés pour profiter de l’effet de mode. Il était logique que cette vague finisse par toucher le cinéma, et le que des adaptations de la production locale parviennent jusqu’à nos salles obscures. Ici, il s’agit de l’adaptation du premier livre à succès d’un certain Jens Lapidus. 


Trois hommes, trois destins croisés. JW, étudiant fauché, améliore son ordinaire en faisant quelques courses pas très légales pour le truand arabe du coin. Jorge, évadé récemment, tente de recoller les morceaux avec sa famille tout en redémarrant le business. Mrado, homme de main de la mafia serbe, ne sait pas quoi faire de sa fille qu’on lui a confiée suite aux problèmes de drogue de sa mère. Tout cela autour de la rivalité entre arables, serbes et albanais pour le contrôle du trafic de drogue à Stockholm.


Un polar nordique mais un polar avant tout. Cette histoire aurait pu être adaptée à Los Angeles ou Paris, tant les thèmes développés et les événements semblent universels. Plus qu’un film d’action ou un thriller, Easy Money est avant tout un drame sur fond de rivalités ethniques et de contrôle du pouvoir. Le réalisateur a donc eu la très bonne idée de se concentrer sur les drames traversés par les personnages pour faire de ces hommes de vraies figures tragiques : trois hommes qui cherchent à échapper au destin qui leur tend les bras, ce qui précipitera leur chute. On est pas ici au royaume de l’action pure et décérébrée : chaque personnage a des motivations claires et précises, et c’est bien l’engrenage implacable du sommet vers la chute pour chacun d’entre eux qui est au centre de toutes les attentions. En particulier celle de cet étudiant, fasciné par la jet-set, et qui va se mettre de plus en plus en danger pour pouvoir faire bonne figure auprès de ces amis riches et devenir l’un des leurs.

 

Sur cette base intéressante et bien écrite, le réalisateur appose une mise en scène efficace et sèche, pour faire de son film un polar qui ne manque ni de gout, ni d’intensité, même si il n’a au final rien de bien original. Et c’est peut-être ça la petite déception : qu’une œuvre venue du froid soit en fait le reflet exact de celles que l’on a déjà vues, même si l’ensemble ne manque pas de gueule, ni de talent à l’écran.

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires