Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 06:49

EtoileNoire.gif

 

gi-joe-2-ray-park-shadow.jpg

 

Frustrant.

C'est le premier mot qui vient à l'esprit pour qualifier cet indéniable ratage, qui promettait d'être le blockbuster le plus joyeusement idiot de l'année, et qui entre directement dans la catégorie bien fournie des daubes sans saveur que l'on regarde d'un coin de l'oeil un soir de grande fatigue.

 

Il y a avait pourtant de quoi faire : des gros muscles et des gros flingues, des méchants sadiques et sociopathes, une histoire débile incluant un clone de président des Etats-Unis, des moyens pour tout faire péter et surtout pas de limites dans l'irréalisme et le n'importe quoi. Si l'on rajoute à ça une belle réunion de cabotins en chef, avec Bruce Willis, The Rock, Walton Goggins et Ray Stevenson, le challenge semblait jouable.

 

D'où cette grande frustration devant cette chose qui semble vouloir répondre à son cahier des charges avec trop d'application, le pied en permanence sur le frein, ce qui fait que pas grand chose ne marche.

Difficile d'expliquer ainsi ce petit rythme pépère qui n'accélère presque jamais.

Difficile d'expliquer la relative pauvreté en scènes d'actions marquantes, en particulier un prologue balancé en quelques plans et où la performance principale consiste à faire fondre un grillage.

Difficile de comprendre ce manque patent de second degré et de plaisir : à part le président, personne ne semble beaucoup s'amuser à l'écran, alors qu'ils sont quand même en train de faire exploser Londres et d'utiliser des gadgets militaires high tech.

Difficile d'expliquer la retenue et le manque d'investissement des acteurs convoqués pour faire les pitres. La présence de Bruce Willis est, à ce titre, presque pathétique...ça s'arrange pas pour Bruce, qui à défaut de creuser son sillon dans le film d'action, est plutôt en train de creuser sa tombe.

Quant au manque de lisibilité criant des scènes de combats rapprochés, c'est facile à expliquer, c'est la 3D (merci du cadeau)

 

Soyons francs : grâce aux moyens déployés, aux échanges de coups de feu et au ton gentiment crétin, l'ensemble n'est pas non plus complètement désagréable. Et l'on peut sauver une scène qui joue la carte du plaisir et du nawak à tous les étages : cette stupéfiante virée dans l'Himalaya où Snake Eyes et sa copine se payent une bande de ninjas en apesanteur le long d'une falaise enneigée. Une fois dans le film, on se sent un peu concerné (et accessoirement, on voit l'intérêt de la 3D)

 

Alors la faute à qui ? Probablement à un réalisateur pas assez à l'aise avec un  paquebot trop lourd à faire virer. Mais aussi à une production qui a remonté à la hâte le truc en 3D et remonté le début de film pour redonner une place à Channing Tatum (ce qui déséquilibre encore le montage).On en vient à regretter le premier opus, pas foudroyant, tout aussi bête, mais plus punchy.

 

Comme l'ont bien noté les Inrocks, même les traductions sur les valises nucléaires sont foirées, la française se retrouvant affublée de trois boutons "Prêt", "Bras", "Avorter". Oui, oui : "Ready" "Arm" "Abort" . Merci Google Translate.. Un détail qui en dit long sur la précipitation et la manque de préparation d'une équipe franchement aux fraises.

 

 

 

 

 Page Facebook

Compte twitter      

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires