Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 06:52

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

parade-13b6-diaporama.jpg

 

 

En ces temps de débat public de (très) haute volée sur le thème du mariage pour tous, mais pas tout à fait quand même, pourquoi ne pas prendre l'air ? En l'occurrence, celui des républiques de l'ex Yougoslavie, plus connues ces dernières années pour leur parties de cache-cache entre le TPI et des génocidaires que pour la vitalité de leur communauté homosexuelle. Si l'on ajoute au tableau les sympathiques skinheads belgradois, bien connus des supporters de foot de toute l'Europe, on doit avouer que la capitale de la Serbie n'est pas forcément le lieu idéal pour organiser une gay pride.  C'est pourtant le projet d'une association gay de la ville, dont les membres risquent leur peau chaque jour, et qui va chercher un soutien inattendu auprès d'un judoka un peu mafieux et de ses anciens "amis" du bon temps de la guerre civile.


Un vrai sujet grave de société, inclus dans une comédie potache à clichés, c'est parfois assez surprenant. Car si le film débute comme une chronique humoristique de quelques losers serbes, c'est bien la fierté homosexuelle et le droit de défiler librement qui sont au cœur de La Parade. On ne perçoit pas tout de suite la gravité du thème, derrière la succession de gagas énooormes et le défilé d'ex militaires repentis dignes (en moins fin) d'un script des frères Coen, mais l'essentiel est là. En Europe au XXIème siècle, on ne peut pas encore revendiquer son identité sexuelle sans se faire tabasser...


Pour arriver jusqu'à cette conclusion, le film a l'habileté de nous faire vivre la préparation de la fête depuis le regard de ce judoka masif et homophobe, qui se retrouve mebrigadé bien malgré lui dans cette histoire. C'est drôle, tendre, souvent gentiment incorrect, à condition de ne pas être allergique à l'humour XXL. La ribambelle de clichés et de personnages sans nuances laissera peut-être un peu de monde sur le carreau, mais quel plaisir d'entendre des vieux potes s'envoyer avec bonheur quelques bonnes vannes racistes et quelle ironie de voir ces brutes épaisses obligés de s'attendrir et de défendre avec fierté leurs nouveaux amis.


Une toute petit chose pas bien légère, mais très efficace, en plus d'être gentiment dépaysante. Et qui sait nous rappeler par moments avec une gravité inattendue qu'en 2012, la gay pride est toujours interdite à Belgrade "pour raisons de sécurité"

 

 

 

 

 

 Page Facebook

Compte twitter      

  

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires