Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 14:38

modern-family.jpg      Les comédies      amy-sheldon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

The Big bang theory tient toujours bien la route, l’arrivée de nouveaux personnages en particulier la merveilleuse Amy Farah Fowler a remis un coup de boost à tout le monde alors que le fait que nos chers nerds se mettent en couple (si on peut appeler ça comme ça) allait un peu à l’encontre du concept de départ. Le show reste très « Sheldon-dépendant », mais on rit encore très souvent des imbécilités qu’ils sont capables d’inventer, par exemple la découverte du concept de ragot par Sheldon. Je pense que la série en a encore pas mal sous le pied…

 

 

…ce qui ne semble bientôt plus être le cas d’How I met your mother, qui montre des signes de fatigue évidents à la fin de sa sixième saison. L’intrigue centrée autour du père de Barney n’était pas aussi délirante que prévue, et l’annonce que notre Don Juan préféré va finir par se ranger ne va pas arranger les choses. Ca devient compliqué pour les auteurs de remplir 24 épisodes en restant drôles et inventifs, et c’est là que l’on voit que les personnages sont un peu plus limités que ce que l’on pouvait penser. Alors que, pour entretenir le parallèle, la sixième saison de Friends était probablement la meilleure, et que les personnages avaient tenu au moins jusqu’à la 9ème sans forcer…

 


La nouvelle référence dans le genre est Modern Family, qui a triomphé aux Emmy awards. A mi chemin entre la comédie et la télé réalité, le show est particulièrement bien calibré, dense et rapide (20 minutes), et possède THE ingrédient nécessaire pour durer : des personnages emblématiques aux ressources comiques (volontaires ou involontaires) inépuisables. Entre la famille modèle américaine avec la mère normative et le père-enfant, le grand père marié avec une bombe de 30 ans de moins et le couple gay qui vient d’adopter, on ne s’ennuie jamais. Assez inoffensif, mais vraiment plaisant.... 

 

 

 

 


date-sortie-the-company-dvd.jpg   Les rattrapages   skins.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Les deux premières saisons de Skins étaient originales, délurées, réjouissantes. Gros coup de balai en fin de saison 2 puisqu’il ne reste plus qu’un personnage secondaire qui devient principal (Effy) et une nouvelle bande de sales gosses. Mais l’alchimie peine à prendre, et la série se vautre souvent dans le caricatural en cherchant systématiquement l’outrance, la violence et l’ivresse, sans avoir le fond suffisant. Et puis surtout, c’est vraiment moins drôle....bref, une saison qui ne tient pas la comparaison avec ses aînées, on peut espérer qu’une fois les personnages bien mis en place, la saison 4 sera plus réussie

 


J’ai enfin pu mettre la main sur l’adaptation en série de The company, l’exceptionnel bouquin de Robert Littel (Jacques Séguéla rappelle à tout le monde que, si on a pas lu The company à 50 ans, on a raté sa vie). D’emblée, le principe retenu par la chaîne TNT est très discutable : 3 épisodes d’une heure et demie pour résumer 1000 pages d’une densité incroyable, c’était forcément trop peu.

On ne retrouve donc pas la formidable complexité et la description millimétrée des personnages, on perd aussi quelques épisodes en route (l’Afghanistan, la révolution russe) ce qui est assez frustrant. Passé ce pré-requis, la mise en images est plutôt réussie, grâce à de gros moyens dans la reconstitution et une intelligence remarquable dans le casting (Alfred Molina en sorcier et Michael Keaton en Mother sont parfaits). En on prend beaucoup de plaisir à revivre les grands moments de cette Histoire…à voir après avoir lu le livre, donc.  


 

 

 


 

Page Facebook

Page twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

Chris 21/10/2011 08:28


Je dirais meme que si on a pas lu The Company avant l'age de 30 ans, on a loupé sa jeunesse. A lire aussi, Legendes de Littell, dans la même veine, meme si la fresque est moins large. C'est par
ailleurs intéressant de voir que Littell avait déjà incorporé dans ses romans "de jeunesse" certains éléments qu'on retrouve dans La Compagnie.

D'accord sur un exceptionel Keaton dans la série. J'avais été décu par le personnage de Jack, acteur sans plus qui ne correspond pas du tout à l'idée que je m'en faisais dans le bouquin.


DH84 21/10/2011 08:34



Merci du conseil, je viens de passer une commande sur Fnac.com, je te dirai ce que j'en pense...


Et d'accord pour Chris O'Donnel qui joue Jack, qui n'a jamais été une flèche. En même temps, c'est aussi le personnage le moins fantasque, le moins décalé, donc je trouve que c'est moins grave
que si ils avaient raté Angelton ou le sorcier