Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 07:20

Les classiques vieillissent chaque saison. Sont-ils fatigués pour autant ?

 

 true_blood_la_saison_4_bat_presque_les_records_d_audience_p.jpg  True Blood (saison 4)    EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

La nouvelle saison introduit (c’est désormais la tradition) un nouvel animal au bestiaire avec l’arrivée des sorcières, dans une basse-cour qui compte déjà les vampires, les fées, les shifters, les loups-garous, les panthères garous. A la conclusion du show, il ne devrait plus rester grand monde d’humain dans tout l’état de Louisiane. Centrée donc sur la sorcellerie, cette saison 4 s’éloigne un peu des intrigues politiques du monde des vampires, ce qui est dommage car c’était un pan réussi et passionnant. Les hésitations amoureuses de Sookie sont toujours là, de même que la tribu de dégénérés et de dangereux en tous genre qui peuplent Bon Temps. De quoi passer un bon moment, comme en famille, mais sans la puissance des saisons 1 et 2 par exemple, qui étaient centrées sur le monde des vampires, et nettement plus excitantes.

Mais bon, on ne décroche pas…

 

 

 

Breaking-Bad-renouvelee-pour-une-saison-4_image_article_pay.jpg   Breaking Bad (saison 4)   EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif


Toujours la meilleure série du moment ? Peut-être bien. Après la sommet absolu de la saison 3, le créateur Vince Gilligan s’est laissé un peu de temps pour reconstruire le tout.

Dans leur nouveau labo et avec leur charmant patron Gus, Walter et Jesse sont plus que jamais exposés au danger. La saison est construite sur une longue attente jusqu’au un affrontement final inévitable. Comme si jamais un équilibre ne pouvait se trouver dans un monde où l’on ne peut faire confiance à personne. Où l’on se lève sans savoir si son collègue ou son patron aurait décidé de l’éliminer.

Une grande attente donc, qui peut rendre la première partie de la saison un peu longue, mais qui donne une fois les pièces de puzzle mis en place, une fin extraordinaire. Plusieurs épisodes fabuleux, avec une montée en tension complètement dingue, jusqu’au feu d’artifice final aussi inattendu que bien amené. Et comme Vince Gilligan est décidemment un grand bonhomme, il se permet un twist de dingue sur la dernière image du dernier épisode, qui oblige le spectateur à relire toute sa vision des trajectoires de Walter et de Jesse.

Du super boulot.

 

 

 

dexter-saison-6-serie-creee-par-james-manos-jr-en-2006-avec.jpg   Dexter (saison 6)    EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif 

 

LA bonne idée de cette saison 6 : se débarrasser des enfants de Rita qu’on ne voit pas une seconde à l’écran, et qui alourdissaient considérablement le bateau lors des deux dernières saisons. Pour le reste, c’est une forme de routine : Dexter fait quelques boucheries de ci de là pendant qu’un serial killer complètement barré mais drôlement doué sème la panique dans Miami. Le thriller psychologique vertigineux a définitivement laissé place à un polar assez classique, mais drôlement efficace. Les personnages secondaires sont toujours aussi plaisants, bien renforcés par Mos Def passionnant dans son rôle de repenti garagiste. Une mécanique qui tourne très bien, mais qui pourrait bientôt laisser le spectateur sur sa faim à force de redite et de sentiment de déjà vu.

Voilà probablement pourquoi les auteurs ont d’ores et déjà introduit le ou un ddes serial killers de la prochaine saison, et se payent en plus un cliffhanger monstreux à la fin de celle-ci. Une prise de risque importante, mais probablement salutaire pour relancer l’intérêt de Dexter…

 


 

 

 

 


Page twitter      

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires