Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 06:35

critiques-series-justified-saison-3-episode-1-L-64XeZz.jpeg

 

 

Justified - saison 3 (FX)   EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif


 

De retour au Kentucky pour suivre les aventures de notre Marshall préféré. Malgré les nombreux événements qui ont jalonné les deux premières saisons, un petit sentiment de routine commence à s'installer chez les rednecks qui pataugent dans leur whisky et dans leurs petites combines peu glorieuses.

 

Ce qui n'empêche pas la série de rester un divertissement de qualité en jouant sur ces désormais habituels atouts. D'abord des personnages hauts en couleur, 100% authentiques culs terreux américains, certifiés avec  avec accent traînant du Sud qui les rend parfois incompréhensibles. Une merveilleuse bande de ploucs qui, à quelques exceptions près, rivalisent de bêtise et d'amateurisme dans leurs diverses entreprises criminelles, ce qui rendrait presque la vie de Marshall amusante.

Justified est presque anachronique, est donne franchement l'impression d'un saut dans le temps, à une époque où la loi n'avait aucune prise sur les gens, et où la plupart des querelles se réglaient à coups de poings, de battes de base-ball, ou encore d'armes à feu. Et on ne peut pas dire que les forces de l'ordre donnent l'exemple...

 

Dans ce joyeux foutoir, la série déploie ses 13 épisodes avec (comme d'habitude) une intrigue en deux couches, une pour chaque épisode, et la deuxième qui nous suit tout le long de la série pour se résoudre à la fin dans un vaste règlement de compte plus qu'attendu. Un schéma narratif intéressant et élaboré, mais un peu plombé par le nouveau grand méchant de cette saison, véritable caricature sur pattes. Dans son costume trois pièces de psychopathe terrifiant au sourire d'ange, Neal Mcdonough en fait des tonnes et semble aussi nous ramener des années en arrière, à une époque où les scénaristes ne se donnaient pas beaucoup de mal pour écrire à la truelle un personnage de méchant aussi monolithique. Il est heureusement complété par trois autres compères plus troubles, plus ambivalents, et beaucoup plus intéressants...

Et que dire de l'intensité incroyable du jeu de Timothy Olyphant, jamais aussi passionnant que quand il joue le "gentil" à bout de nerfs prêt à péter une durite à chaque seconde qui passe (souvenez-vous de Deadwood...)

 

Justified souffre donc du défaut le plus répandu pour une série qui aborde fièrement sa troisième saison : la difficulté de se renouveler tout en conservant ce qui en avait fait une des séries les plus intéréssantes du cable américain. La quatrième saison va être un tournant...

 






 


 Page Facebook

Compte twitter      

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires