Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 06:30

the-big-bang-theory-saison-5-serie-creee-par-chuck-lorre-bi.jpg

 

The Big Bang Theory - saison 5 (CBS) - EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

Fin de saison 5, déjà. Le temps passe vite pour une série qui faisait figure de petite jeune aux dents longues il n'y a pas si longtemps. Installé durablement dans le paysage de la série humoristique de 20 minutes (sans les pubs), The Big Bang Theory se retrouve évidemment confronté aux limites de l'exercice après cinq ans d'existence : comment parvenir à faire rire avec des personnages que l'on connaît par cœur, dans un cadre par définition hyper stable  (l'appartement, le couloir, l'université).

 

Et là, nos geeks préféré ne font pas dans l'originalité : on fait évoluer les personnages existants, et on rajoute de nouveaux seconds rôles pour éviter l'effet d'habitude et maintenir les fans devant leur écran télé.

Shledon et Howard se retrouvent donc chacun munis d'une girlfriend, qui sont chargés de faire le spectacle en transformant ces deux célibataires invétérés en petits copains ou fiancés modèles. Heureusement qu'il reste Raj parce que ces deux là en deviendraient presque tristes et consensuels, participant à la petite forme d'une série qui oublie progressivement le délire et le décalage geek pour passer beaucoup trop de temps sur les histoires de couple... en particulier à travers les hésitations du couple Penny-Léonard deviennent plus que lassantes, et ne font plus rire grand monde... n'est pas Ross&Rachel qui veut.


On ne peut pas dire que l'on s'ennuie, mais tout cela n'est clairement pas du niveau des premières saisons.  Pas d'engueulade entre Sheldon et Penny, qui deviennent même très proches. Un enterrement de vie de garçon et un mariage d'une désespérante sagesse...On retiendra quand même un épisode très réussi sur une poupée de Spock, ou encore celui avec Stephen Hawking.

 

Pas encore de quoi décrocher au vu du format, mais une lassitude assez inévitable. A part le contre-exemple de Friends (dont la saison 6 est peut-être la meilleure) , pas grand monde n'a réussi à tenir la qualité dans ce format au delà de la troisième ou quatrième saison. Sauf miracle...

 

 





 


 Page Facebook

Compte twitter      

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires