Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 06:48

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

omar-sy-les-seigneurs-10739617vkfwg_2038.jpg

 

Voilà donc un des deux mastodontes de la rentrée française, sensé secouer un box-office atone depuis fin août, quelques semaines avant qu'Astérix ne débarque en Grande-Bretagne. Et il y a beaucoup de monde sur le ponton, histoire de donner à chacun une bonne raison (ou une bonne excuse) de se ruer dans les salles. Voyez un peu : Olivier Dahan, réalisateur de la môme, le sport le plus populaire de l'hexagone, la célébration folklorique d'une de ses régions les plus appréciées (la Bretagne, puisque le Chnord était déjà pris) et un aréopage impressionnant de cadors de la comédie made in France.

 

Comme prévu avec une telle lourdeur dans les ingrédients, la soupe est donc dans un premier temps assez indigeste. Le pauvre José Garcia bombardé entraîneur d'un club au fond du trou se démène pour ramener sur l'île la fine fleur des has-been footballistiques du pays, qu'il convainc (évidemment) en deux coups de cuillère à pot de laisser leurs voitures de sport et leur vie dorée pour venir s'enterrer à des kilomètres de chez eux afin de qualifier le club pour les 32èmes de finale de la coupe de France. Une fois qu'il a épuisé toutes ses cartouches (les ploucs en ciré jaune, les sardines, les crêpes et la pluie), Olivier Dahan laisse donc chacune de ses stars faire le spectacle en roue libre. Et elles sont égales à elles-mêmes : Omar Sy fin et touchant, Gad Elmaleh largué et rarement drôle, Dubosc transparent et Ramzy sur courant alternatif. Seul Joeystarr, tellement évident en milieu hooligan casseur de tibia, permet à cette partie du film de surnager de temps en temps.

 

D'autant qu'Olivier Dahan se sent obligé de considérablement charger le chalutier avec un arrière plan "sérieux" dans sa comédie, composé d'un alcoolique, d'un divorce avec conflit de garde, de drogue, d'un souffle au cœur, d'un mari mort en mer et d'une fermeture d'usine (un caméo d'Arnaud Montebourg aurait d'ailleurs été une formidable idée burlesque) . On se demande même si l'Erika ne va pas venir se rejetter sur les plages bretonnes histoire de terminer d'assombrir le tableau. Des incursions maladroites et répétées qui plombent régulièrement ce qui est quand même sensé être un bon film de potes.

Tout cela sent malgré tout le plus souvent la bonne humeur, mais manque de continuité et d'inspiration entre les sketchs... jusqu'aux matchs de foot.


Car sans être particulièrement gracieux, ce sont bien les matchs qui réservent les meilleurs moments du film. Quand chacune de stars se fond dans l'équipe et arrête de faire son cirque. Rythmés, amusants, bien mis en musique (avec une bande originale estimée à un mois de salaire d'Ibrahimovic) et complètement déconnants, ils font décoller la comédie au moment où l'on allait s'endormir, jusqu'à l'"énorme" match contre l'OM qui parvient même à nous arracher quelques frissons au moment où Franck Dubosc s'avance dans le stade de Brest pour tirer un penalty.. c'est dire !

 

Une grosse bertha franchouillarde qui laissera donc quelques bons moments aux amateurs de ballon rond, qui ont déjà frissonné devant les exploits d'un  petit poucet en coupe de France. Et qui fera probablement hurler tous les autres...Maigre résultat pour un avion de chasse pareil, qui devrait rester dans le ventre mou du classement au box office. Il ne reste plus qu'Astérix pour sauver la patrie... 

 

 



 

 


 Page Facebook

Compte twitter      

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires