Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 08:10

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

morning-glory-movie-image-rachel-mcadams-harrison-ford-dian.jpg

 

Une jeune journaliste en recherche désespérée de job accepte de reprendre le programme matinal d’une grande chaîne à la dérive. Très vite, elle se rend compte qu’elle a véritablement pris les commandes du Titanic, et que tout le monde semble s’accorder pour creuser des trous dans la coque, que ce soit une équipe ringarde et dépassée ou les présentateurs à l’ego surdimensionné. Va-t-elle parvenir à relancer l’émission ? Le suspens est à son comble.


Voilà un film qui n’est pas dérangeant. Idéal pour un soir de semaine où l’on a surtout besoin de faire passer deux heures sans entendre parler de guerre civile, de tsunami ou de fuite nucléaire. Sans faire spécialement d’étincelles, ni faire date, Morning Glory remplit tranquillement son cahier des charges de comédie sympa en jouant sur les antagonismes entre la petite-jeune-qui-n’en-veut, le cynique patron de chaîne et deux présentateurs horribles d’égo et de perfidie. La bonne vieille recette comprend aussi quelques tubes pops balancés à plein régime, de belles images de New-York et de magnifiques jeunes acteurs. Le film aurait d’ailleurs pu être vraiment intéressant s’il s’était concentré sur la vie de l’équipe de matinale, plutôt que d’aller chercher du sentimentalisme facile. Mais Roger Mitchell est insatiable et il ne peut s’empêcher de saupoudrer l’ensemble d’une bluette romantique bien inutile et franchement convenue, en nous refaisant le coup de l’hésitation entre le travail et l’amour. Et il ne peut s’empêcher non plus d’émanciper son personnage le plus antipathique par une pirouette qui le fait apparaître comme un vieux papy sympathique. 

 

Dommage, car le film est vraiment efficace quand il laisse libre cours à un peu de méchanceté et de cynisme. A l’image de cette matinale, il ne décolle vraiment que quand Harrison Ford et Diane Keaton s’envoient des vacheries millimétrées, ou quand la chaîne martyrise ses présentateurs en leur faisant pratiquer toutes les activités les plus idiotes. Le réalisateur peut d’ailleurs remercier ses acteurs, qui tiennent la baraque avec pas grand-chose, de la merveilleuse Rachel McAdams au vieux bougon Harrison Ford dans un rôle apparemment assez proche de celui qu’il tient dans la vraie vie. 

Et vous pouvez être tranquilles, tout se finira bien, dans un tourbillon très américain de réussite professionnelle, affective et sentimentale. Et tant pis pour ceux qui s’amusaient plus quand l’émission était un cauchemar…

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires