Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 07:06

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

savages-movie-image.jpg

 

Oliver Stone de retour à ses premiers amours. Après une déambulation sans fin qui lavait vu se perdre dans ses propres obsessions, et une série de films que même ses fans de la première heure (dont je fais partie) ne pouvaient plus décemment défendre, le metteur en scène semble vouloir se relancer avec ce petit polar poisseux, variation sur le thème de la série B à la frontière mexicaine, qui est un genre en soi (parlez en aux frères Coen ou à Breaking Bad).

Un trio de beaux jeunes américains, des fédéraux dépassés, deux cartels sanglants, on pourrait se croire dans n'importe quel petit polar si ce n'est le casting irréel rassemblé pour l'occasion, mélange de jeunes stars montantes et d'une impressionnante cohorte de has-been sur le retour.

 

Le réalisateur, dont la délicatesse n'a jamais été le crédo principal, se fond avec une grande facilité dans un univers taillé sur mesure, parfaitement adapté à ses tics de mise en scène et à son amour des personnages hystériques et surdimensionnés. Mais Stone restera sagement dans le polar branché, sans jamais s'aventurer sur des terrains glissants politiques ou sociétaux. Il n'est pas ici pour refaire Tueurs-nés, mais pour nous proposer des vacances matinées d'humour noir et de règlements de comte à la machette, au bazooka ou à la mine anti-personnelle.

Ce n'est pas toujours d'une grande légèreté, mais cela fonctionne plutôt bien au second degré, ce que la partie "âgée" du casting a bien compris. Rarement a t-on vu trois ex-stars cabotiner avec autant de bonheur. Travolta : bégayant et roublard, Salma Hayek dure et hystérique, Benicio Del Toro : répugnant et terrifiant.

 

Moins inspirés et coincés dans des personnages trop écrits au premier degré, les jeunes ne font pas aussi bonne impression. En particulier Blake Lively qui n'est décidemment pas une valeur sure dès qu'on la sort de Gossip Girl...

Trop long, inégal et souvent inutilement tape à l'œil, Savages n'est pas exempt de tout défaut. Mais se voit avec véritable bonne humeur pour peu qu'on ne soit pas trop dur avec ce vieux renard d'Oliver Stone.

 



 Page Facebook

Compte twitter      

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires