Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 09:13

 

 EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

121030_121029121029Skyfall.jpg

 

 

Après quelques années d'absence, de grosses difficultés de montage, et l'ombre d'un opus raté (le très pénible Quantum of Solace), la production de James Bond a décidé de prendre le taureau par les cornes, en faisant de la sortie de cet épisode un événement planétaire. Un épisode dans la continuité de la mue opérée par 007 depuis Casino Royale, qui servira de manière durable de maitre étalon aux épisodes de la franchise. Si l'humour n'est plus totalement absent, James Bond est désormais sérieux, passionné, appliqué, tourmenté, à des miles de l'ancien espion frivole, joueur et gaffeur. Les gadgets sont présents en pointillés, peu compatibles avec une telle intensité dramatique.

La période ou Sean Connery pouvait tomber dans tous les pièges avec le sourire avant de s'échapper avec son stylo laser et emballer la secrétaire du grand méchant est bien révolue.

 

Pour accompagner cette transition, on a donc fait appel à un cinéaste dramatique, venant du théâtre et n'ayant pas grand chose à voir avec le cinéma d'action : Sam Mendes (Les noces rebelles, American Beauty).

Dont acte : si l'action est bien présente, elle n'est jamais au centre l'intrigue, Skyfall se contentant de remplir le cahier des charges minimal avec une première séquence turco-ferroviaire assez ébouriffante, et quelques règlements de comptes bien foutus au Royaume-Uni. Les véritables atouts sont ailleurs, et Skyfall n'en manque pas. Un splendide générique bien appuyé par le tube d'Adele. Des dialogues efficaces et un sens de la théâtralité qui sied parfaitement à cet univers. Un nouveau Q qui fait entrer les geeks en force chez 007. Des James Bond girls plutôt au dessus de la moyenne. Un méchant en très grande forme, que Javier Bardem incarne avec toute la démence que l'on pouvait attendre de lui, confirmant que l'acteur est décidemment très à l'aise avec les relooking capillaires les plus douteux.

Et puis, il y a cette photo absolument sublime de Roger Deakins, aussi à l'aise sous les néons de Shanghai que dans les Highlands écossais, qui donne au film un niveau artistique jamais atteint par la franchise. De grands acteurs devant la caméra, de grands artistes derrière, pas si compliqué de réussir un blockbuster adulte et soigné.

 

Un épisode très réussi donc, malgré quelques baisses de tension et une relative pauvreté en scènes d'action très spectaculaires passée la première bobine. Un épisode qui devrait installer durablement le James Bond 2.0 dans la liste des success-stories d'Hollywood.

Et pourtant, , un épisode qui semble pourtant toujours avoir un temps de retards sur ses avatars les plus récents que sont Jason Bourne (dans le registre tourmenté et paranoïaque) et Ethan Hunt (Mission Impossible, dans celui de l'action ludique et jouissive), dont les ombres planent de manière nette sur la première séquence du film. Et dont Skyfall n'atteint jamais l'efficacité absolue et l'inventivité visuelle, malgré ses beaux atours.  

 


 Page Facebook

Compte twitter      

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

Chris 05/11/2012 05:19

Hmm je te trouve severe sur la note, alors que la grosse premiere partie de ta critique est tres positive et je la partage entierement (en particulier sur la photographie, point trop rarement
souligné dans les critiques mainstreams, et dont la presence ne depareillerait pas dans la course aux petites statuettes de fevrier...).

Mais je trouve tes comparaisons finales peu a propos, car si Casino Royale lorgnait clairement du cote de Bourne et MI, la c'est clairement du cote de Nolan que Mendes et la production ont trouvé
inspiration, que ce soit au niveau scenaristique (l'attentat/panique dans la grande megalopole occidentale, un méchant à la fois ridicule et inquiétant, grimé d'une folle perruque blonde),
psychologique (vazy que je te crée un passé traumatique, orphelin, dans un chateau perdu, Brune Wayne sors de ce corps) et visuel (la scene nocturne dans le gratte ciel de Shanghai d'une beauté à
mourir et qu'on aurait pu retrouver dans Inception)

La comparaison hérisse d'autant plus mon poil à gratter que si j'avais trouvé le dernier MI plaisant, j'avais pensé que Bourne avait completement loupé son virage post Matt Damon, avec un scénario
médiocre, une image pénible (vue et revue depuis 15 ans genre caméra a l'épaule, montage sacadé "épilectique s'abstenir") et un acteur que j'apprecie mais qui faisait là du sous Daniel Craig.

Bref, Skyfall est un film parfois jubilatoire, ou le seul bémol serait ce côté presque agassant d'avoir brillament copié ce qui fonctionne le mieux depuis le debut quelques annees, ce style
"blockbuster d'auteur" dont Batman fut la premiere manifestation.

DH84 05/11/2012 07:09



Je ne dis pas que Skyfall fait du MI ou du Bourne, je dis juste que dans la catégorie "film d'espionnage à gros moyens centré sur un espion", j'ai été plus emballé par MI4 et Bourne 3 (le 3, pas
le 4!), justement dans des registres assez différents. 


Et justement je trouve que le style blockbuster d'auteur connait justement là ses limites.


Skyfall est artistiquement probablement le meilleur James Bond que j'ai vu, et pourtant je reste sur ma faim. Quand c'est vertigineux, paranoïaque comme chez Nolan, ça marche. Quand c'est
appliqué à la mythologie James Bond, je trouve que ça ne fonctionne pas aussi bien...


Mais c'est indiscutablement un bon moment et un film intéressant...


Et puis, accessoirement il y a la première séquence, avec la moto + le corps qui tombe dans l'eau (Bourne) et la bagarre sur le train (MI) ...