Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 07:29

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

1752170_7_787f_kad-merad-dans-le-film-francais-sup-copie-3.jpg

 

"Mais tout ça, ça aura servi à quoi alors ?"

"C'était divertissant"

"Divertissant ?"

 

Après le passionnant A l'Origine, Xavier Giannoli continue à examiner les ressorts de l'identité, de la réussite et du pouvoir dans nos sociétés. Cette fois encore, tout commence par un homme normal, qui se retrouve victime bien malgré lui d'une célébrité foudroyante. Poursuivi comme une rock star à chacune de ses sorties, adulé par des millions de fans, Martin Kasinski ne sait même pas ce qui lui vaut cette renommée, aussi délirante que soudaine. Le pauvre bougre n'a même pas le temps de s'en amuser que sa vie devient un véritable enfer, alors qu'il persévère à vouloir découvrir la raison de cet emballement, qui ne semble pas être caché dans sa petite vie tranquille et désespérément banale.

 

Pourquoi ?

C'est probablement un des mots les plus cités et les plus importants du film. Si cela ne semble pas gêner grand monde de ne pas connaître la cause d'un phénomène médiatique, Martin, lui, veut le découvrir à tout prix. Là où on lui conseille de s'en éloigner, d'en profiter, de surfer sur la vague ou encore d'utiliser son image, il s'entête à vouloir comprendre, expliquer, raisonner... une attitude qui devient alors suspecte à la foule qui l'a si vite adulé.


Intéressant, le film l'est indéniablement. En projetant une vision amplifiée des phénomènes médiatiques auto-créés qui fleurissent depuis l'arrivée du web 2.0 et la multiplication des chaînes de télé, Xavier Giannoli va pincer le spectateur là où ça fait mal : pourquoi se passionner pour la vie de parfaits inconnus ? Le panurgisme numérique ne concerne t-il que notre voisin ? Quelle est la place du mérite dans un tel système ?

Pour aller plus loin, le film va jouer sur deux tableaux : un fil conducteur kafkaïen, complètement absurde (personne ne semble savoir pourquoi Martin est devenu célèbre et il est à l'opposé de toutes les créatures de télé réalité habituelles) qui se déploie sur fond d'une peinture très acide de l'environnement et des acteurs médiatiques, très réaliste pour le coup. C'est à la fois la force et la faiblesse du film.

 

Sa force car le propos est percutant. En catapultant ce pauvre type et cette situation absurde dans un système cynique et bien huilé, le film va pouvoir faire exploser la belle mécanique, et en analyser les enjeux sous toutes les coutures. La plupart des scènes qui se déroulent dans la rédaction de la chaîne de télé sont remarquables, bien écrites, cyniques à souhait et en même temps pas tellement surprenantes. Dans le registre de l'imitation glaçante, l'humoriste Ben fait d'ailleurs forte impression en enfant caché de Delarue, Fogiel et Morandini. Cécile de France, impecable, incarne à elle-seule les dérives d'une machine médiatique qui passe finalement le plus clair de son temps à s''auto-entretenir et d'auto-justifier.

 

Mais c'est aussi une faiblesse car l'ensemble n'est pas très équilibré. En refusant de trancher entre Kafka et Jean-Marc Morandini, et en s'accrochant néanmoins à une forme de réalisme, le film se prend les pieds dans des scènes "extérieures" franchement exagérées (mettez Mickael Vendetta dans un métro, vous verrez la différence), et surtout en manquant de finesse sur sa cible, puisque la terre entière semble concernée par ce type de phénomène alors qu'ile st évident que ce type de tempête médiatique née sur Youtube est beaucoup plus ciblée, chez les jeunes en particulier.

 Et surtout, il s'enferme dans un discours particulièrement confus sur les motivations du public, et la responsabilité des gens "banals" dans ce type d'événements.La manière dont il emmène tout ce petit monde dans le mur n'est pas bien maitrisée, mais a le grand mérite de faire réfléchir.

Ce qui n'est pas rien.

 

 




 


 Page Facebook

Compte twitter      

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires