Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 07:35

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

un-plan-parfait-un-plan-parfait-31-10-2012-22-g.jpg

 

Une des trois grosses comédies françaises de cette fin d'année, lancée (un peu trop) frontalement face à James Bond. Et la plus attendue, après les piètres Seigneurs, et la petite performance d'Astérix qui n'en finit pas de payer son piètre passage aux jeux olympiques. Attendue aussi car la dernière incursion de Pascal Chaumeil dans le registre de la comédie avec le merveilleux Arnacoeur avait donné un salvateur coup de fouet au genre, avec un charme dont on ne croyait pas capable le cinéma hexagonal. Ce plan parfait brille d'ailleurs par ses ressemblances avec son illustre prédécesseur : c'est un d'abord un film à pitch, avec une situation de départ amoureuse cocasse impliquant une jolie fille, un beau gosse un peu trop lisse, et un élément extérieur qui va venir dérégler une mécanique un peu trop bien huilée.

 

Ici, C'est Isabelle qui doit briser une malédiction en se mariant une fois avant de pouvoir épouser l'homme de sa vie, un magnifique dentiste qui ferait rêver toutes les belles-mères de la planète. Mais une fois trouvé la cible idéale, personnifiée dans un baroudeur original, celui-ci va s'avérer beaucoup plus collant que prévu. Du Kenya et passant par la Russie, voilà un divorce express qui ne s'annonce pas sous les meilleures auspices.

 

Et la grosse déconnade commence ainsi avec le chemin de croix de Diane Kruger qui se retrouve coincée avec un Dany Boon au top de sa forme, qui la ballade de part de le monde dans tous les plans foireux possibles et imaginables. Au delà d'un scénario et de personnages assez similaires, on retrouve alors avec plaisir ce qui nous avait fait tant aimer l'Arnacoeur : du rythme, de la créativité dans le découpage, du dépaysement et un très bon sens du gag et une bande originale au poil. Avec en prime des seconds rôles parfaitement au point, en particulier les quatre membres restants d'une famille haute en couleur, avec qui on rêverait de passer un repas de Noël.

 

De la bonne comédie pas trop ringarde, bonifiée par des personnages principaux bien écrits, en particulier celui de Dany Boon qui ne donne pas trop dans le cabotinage et la caricature, en rendant son personnage crédible... et touchant. Malgré tout, le film ne s'épargne pas quelques bonnes longueurs, et souffre du manque de charisme de ses deux interprètes principaux. Si Diane Kruger a prouvé qu'elle pouvait être une grande actrice, elle ne dispose pas de la fantaisie nécessaire pour nous faire avaler les gentilles énormités des situations cocasses qu'elle crée autour d'elle. Et même si Dany Boon n'est pas mauvais, il nous fait regretter assez  régulièrement le culot et le charme de l'irremplaçable Romain Duris. De quoi rendre un peu mois brillant un dénouement ô combien attendu qui devient alors un peu trop parachuté.

 

Indéniablement sympathique et plaisant, mais pas toujours habile dans ses rebondissements, ce nouvel opus laisse donc un tout petit goût de déception. On est quand même curieux de voir la suite de la carrière d'un réalisateur de comédie dont le talent crève les yeux. A tel point que c'est que les yankees ne sont empressés de venir le réquisitionner avec un joli casting à la clé. Si seulement on avait pu leur refiler les Tuches ou Florence Foresti avec...Mais les miracles de ce style n'arrivent que dans les films de Pascal Chaumeil. 

 


 

 


 Page Facebook

Compte twitter      

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires