Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 10:27

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

130203-warm-bodies-600-1359923802.jpg

 

En cette période troublée, heureusement que le marketing et la littérature de bas étage sont là pour trouver de nouveaux débouchés à une industrie cinématographique en anne de créativité.

Pas de suite cette fois-ci, de prequel ou encore de cross-over ce coup-ci mais une sorte de "maschup" puisque le principe est de mélanger deux genres a priori antagonistes : le film de la zombie et la comédie romantique adolescente.


Pratique : on va à la fois débusquer l'ado en mal de sensations et celui qui préfère une belle histoire d'amour impossible. Celui qui veut sa ration hebdomadaire de sang et de viscères et celui qui a envie de voir sur grand écran que la drague est une activité compliquée à tous les niveaux. Rien de bien original là dedans, la recette est déjà été éprouvée avec une certaine réussite dans le très sympa "Bienvenue à Zombieland"

Et bien sur, Summit Entertainment a déjà fait le coup avec des vampires, en produisant à la chaîne les 6 interminables épisodes de Twilight, avec le succès que l'on sait.

Histoire de ne pas trop dépayser un public jeune en manque de repères, on choisit donc deux acteurs en fin de puberté qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à leurs modèles vampire, on demande à un réalisateur vaguement branchouille d'écrire et de réaliser la chose et on fait réchauffer l'ensemble à feu doux (très doux, le feu) en attendant que la campagne de promo ramène du monde dans les salles dès la première semaine.

 

Un joli petit produit marketing calibré, qui ne fait hélas pas grand chose de son concept, si ce n'est garder les parties les moins intéressantes de chaque recette originale. Et qui nous enveloppe rapidement d'un ennui assez redoutable...La faute à un rythme de sénateur, auquel le réalisateur semble s'accrocher avec délectation. Les zombies sont lents, ils mettent des plombes à parler et à se déplacer, c'est bien connu. Dont acte : tout le monde se met au diapason de cette étrange molesse ambiante : réalisateur, monteur, acteurs... chacun semble frappé de neurasthénie, comme si ils ne voulaient surtout pas troubler notre presque sieste avec une scène déconnante ou surpenante. Et comme le scénario se résume en une phrase..

 

La jolie fille se paume, est sauvée par le gentil zombie, qui va retrouver son humanité au contact de ce petit être humain tendre et vulnérable. Pourquoi se donner la peine de dézinguer des cohortes entières de morts-vivants quand il suffit de leur livrer en collissimo le sosie de Kirsten Stewart pour les ramener à la vie ? Quand on pense que la troupe de Walking dead se ballade depuis 3 ans dans la campagne américaine sans trouver la solution...

 

Vous compterez donc une bonne grosse heure pour nous raconter l'amorçage ce passionnant conte moderne. Et ce ne sont ni les escapades foireuses dans un aéroport, ni les (bons) morceaux de musique balancés à la chaîne qui aident à donner du peps à l'ensemble. Seul John Malkovich, sorti à la hâte de sa maison de retraite pour tourner ses trois scènes en une après-midi semble y croire un peu. On reconnait les grands acteurs...On remercie au passage la voix-off de Nicolas Hoult de fournir les deux ou trois blagues qui tiennent éveillés le temps que Mademoiselle se rende compte qu'il y a encore un coeur qui bat dans la carcasse gauche et maladroite de son nouveau boy-friend.

 

Tout cela serait juste un tantinet désagréable si le film ne commençait pas à se prendre un peu au sérieux sur la fin. Entre les pseudo rêves et la révolte humanisante des gentils zombies (parce que, rassurez vous, il y a aussi les méchants zombies), tout cela finir par se résoudre dans un véritable océan de bons sentiments, qui recouvre d'un épais coulis sucré ce teen-movie pas assez drôle, pas assez déconnant, as assez rythmé, pas assez créatif.

 

Succès honnête aux Etats-Unis, critiques indulgence de côté-ci de l'Atlantique, on peut s'imaginer encore quelques joyeusetées de ce genre dans les prochains mois. Pourquoi pas un film de kung-fu  croisé avec une com

Et pourquoi pas deux adolescents, un vampire et une jeune fille paumée, qui s'aiment  la folie alors qu'ils devraient se détester ? On tient quelque chose...

 

 

 Page Facebook

Compte twitter      

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires