Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 22:11

EtoileNoire.gif EtoileNoire.gif

 

Battle-Los-Angeles-01.jpg

 

"That was some true John Wayne shit, chief sergent ! "     "Who the hell is John Wayne ?"

 

L’invasion extra-terrestre est une spécialité américaine reconnue, surtout pour le pire. Pour un District 9, combien d’Independance Day ou de Skyline...Avec son titre qui est déjà une agression en soi, le film commence avec les bases. Les fondamentaux, même. A  tel point qu’on se demande si toute l’équipe n’a pas suivi le guide du film d’invasion pour les nuls. Voyez plutôt :


1) Pas de stars : ça coûte un bras de détruire L.A., on garde le budget pour la destruction massive. 2) Respect des quotas raciaux : du blanc, du black, de l’asiatique, et même une femme latino (lettre compte double) 3) Ne pas montrer l’ennemi tout de suite : ça sert le suspens (et accessoirement tu sais combien ça coûte un effet numérique ?) 4) Une caméra à l’épaule qui bouge et qui nous plonge au cœur de l’action (époque Youtube oblige) 5) Un petit jeune lieutenant tout frais qui sort d’école qu'on colle dans les pattes d'un vieux sergent chef expérimenté mais avec un sérieux trauma.(parvidnra t-il à le surmonter ? suspens....)

Avec tout cela, l’équipe est prête à aller sauver des civils et botter le cul des aliens qui ont le culot de débarquer sur leurs meilleures plages de surf. 

C’est quand le réalisateur nous plonge dans l’action qu’il trouve une efficacité assez intéressante. Car dès que l’action s’arrête, c’est absolument pathétique, le scénario est ultra-prévisible (putain, le vaisseau mère qui contrôle tous les petits, non !), les dialogues lénifiants, les sacrifices évidents et les retournements anticipés par toute la salle. On ose même pas parler de psychologie de personnages, tellement la description s'arrête à une caractéristique, qui servira à identifier chacun au milieu des crépitements de balles.

 

Heureusement pour tout le monde, la deuxième heure du film est principalement consacrée aux combats. En variant les plaisirs, le réalisateur montre qu’il est l’aise dans un commissariat, dans une rue, dans un bus, et surtout sur un pont pour emballer des séquences franchement plaisantes. Et quand il oublie de faire semblant de filmer un documentaire, il se révèle être un action-maker tout à fait acceptable. Si vous rajoutez à cela que les décors de L.A. sous la cendre rendent bien, que la photo est pas mal, vous serez peut-être prêts à oublier les multiples spots de pubs pour les marines, l’héroïsme dégoulinant et la grosse musique. Mais si vous mettez déjà les pieds dans la salle, c’est peut être que quelque part, vous aimez un peu ça quand même…

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

[Sentinelle] 04/04/2011 21:00


Je ne suis pas allé le voir, je trouvais que justement ça sentait le réchauffé et le patriotisme US à plein nez. Au vu des critiques, il semble que j'ai bien fait. Et encore, nous ne sommes pas
tirés d'affaire, parce que d'ici peu, on aura droit... (roulement de tambour)... Cow-Boys et Envahisseurs !


DH84 05/04/2011 16:13



... qui sera peut-être un peu moins bête et un peu plus original (mais avec Jon Favreau derrière la caméra, je suis pas hyper rassuré) 



SilverSurfer 28/03/2011 02:11


Et bien c'est bien cher payé, 2 étoiles... Ce film est à gerber. Aucun suspens. Même la partie guerre est nulle. On ne s'attache pas aux personnages. On ne sais plus si ils combatent des petits
gris ou des afghans. Je tiens à signaler que je suis fervent de ce type de film. Independance Day fut pour moi une naissance. District 9 une jouissance ultime. Skyline, une expérimentation
intéressante. Mais là, Battle LA n'est qu'un ersatz plat et insipide.


DH84 28/03/2011 08:38



Etant donné la profonde idiotie du scénario et des personnages, ne reste que le plaisir coupable éprouvé à chaque sortie du bataillon dans la rue ou dans son bus. Pour moi, ça a marché. 


Dans ce registre, c'est assez subjectif et j'ai l'impression qu'une majorité de gens (amateurs compris) s'est autant ennuyé que toi.