Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 08:13
Dans la tête de Charles Swan III

 

Quand on y pense, Roman Coppola n'a pas de chance.

 

Son père est une légende vivante du cinéma, sa sœur Sofia une jeune réalisatrice acclamée, son cousin Jason Schwartzman un acteur de comédie reconnu, son autre cousin Nicolas Cage une (ancienne) gloie. Même son pote Wes Anderson est une référence du cinéma indépendant. Et lui, malgré le fait qu'il ait participé aux projets de tous ces gens, reste dans l'ombre.

 

Son premier film était passé complètement inaperçu, il a manifestement décidé de mettre le paquet pour celui-là, en engageant tous les copains de la famille, et en récupérant dans un joli coup marketing un Charlie Sheen à la dérive, tout content de venir prouver à la face du monde qu'il peut alimenter d'autres rubriques que celles des faits divers.

 

Mais malgré tout, Roman Coppola ne se décale pas beaucoup et peine à trouver une personnalité propre. Il reste très clairement dans les pas de Wes Anderson, s'inscrivant dans ce cinéma indépendant un peu loufoque, haut en couleurs, qui parle d'amour et de personnes déçues avec patience et sensibilité. il joue avec des flash-backs, avec des décors fluorescents, avec de lents travellings, avec de jolies filles qui partent dans la nuit. Bref, il fait du Wes Anderson.

 

Mais la copie est (évidemment) moins intéressante que l'original. En premier lieu parce que Roman Coppola n'est pas un metteur en scène accompli : il ne sait pas passer d'une scène à l'autre, faire démarrer une musique, terminer un dialogue, rendre un montage fluide. Et comme ce n'est pas son scénario lunaire qui permet de trouver une accroche, la machine tourne rapidement à vide.

 

D'où  cette impression bien connue de se retrouver devant un film d'étudiant filmé avec ses potes sous le soleil californien. Tout le monde a l'air de beaucoup s'amuser mais on reste en rade, sauf pour Charlie Sheen.

 

C'est bien le seul pan du film qui est fascinant, cet acteur qui traîne sa mélancolie et ses regrets dans une incarnation pas si loin de sa propre réalité. Il n'en est que plus convaincant, mais pas assez pour remettre à flots un film de fils à papa vraiment limité. 

 

 

Page Facebook

Compte twitter 

Bref,http://md0.libe.com/photo/538295-charlie-sheen.jpg?modified_at=1374740002&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476 une purge pas agréable , impossible à suivre au premier degré. Bryan Singer va avoir du boulot pour rattraper tout ça.

 

 

Page Facebook

Compte twitter 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires