Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 06:50
La fille du 14 juillet

 

C'est déjà l'été dans les salles ! C'est même la fête nationale, qui donne lieu sur la plus belle avenue du monde à un joli défilé de gugusses en tous genres, sous le haut patronage du chef de l'état et de quelques uns de ses acolytes venus de coltiner avec une légitime fierté la revue des troupes.

Mais pour Hector, Bertier, Charlotte et Truquette (!), il est surtout temps de quitter les pavés parisiens pour une improbable équipée vers les plages du Sud-Ouest, avec un frangin qui devient rapidement envahissant...

 

Avec un pitch de cet acabit, on pourrait s'attendre à une énième comédie estivale lourdingue, et c'est exactement le contraire qu'on voit défiler.

Avec une grande liberté et une réjouissante originalité, La fille du 14 Juillet est un film d'une légèreté absolue, dont le scénario éclaté et le peu de soucis de la logique font franchement plaisir à voir. A contre-courant du gag préfabriqué ou de la grosse mécanique, cette histoire n'est que digression, fantaisie...voir même franche déconnade, sans méchanceté, ni vulgarité, mais avec une bonne humeur hautement contagieuse.

 

Il n'y a qu'à voir ce générique façon Benny Hill des présidents de la République le 14 juillet, pendant lequel il est fièrement annoncé que le film a été financé par ... les deux plus belles régions de France. Il n'y a qu'à voir ses personnages sensibles, un peu lunaires, presque décalés par rapport à leur époque qui va trop vite. Ou encore ce faux médecin avec de sévères troubles du comportement, qui donneront lieu au dîner le plus drôle filmé depuis des lustres. Ou encore ses ces deux grandes andouilles tradi fin de race qu'on jurerait avoir vus à la manif pour tous cette année

 

Et puis il y a Vimala Pons, à  CRO-QUER. Le charme, l'innocence, la fraicheur incarnée, sans jamais trop en faire, mais toujours avec une conviction suffisante pour nous garder avec elle dans son petit voyage.Le tout dans une photo surannée, qui donne au film des faux airs de la Nouvelle Vague, et contribue à son charme désuet et rayonnant.

 

Un film aussi frais qu'une bonne glace dans la chaleur de l'été.

Un film qui change des comédies préformatées pleines de guest stars paresseuses et de dialogues tièdes.

 

Un film qui fait du bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

Page Facebook

Compte twitter 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires