Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 08:16
Machete kills

 

 

Après avoir anéanti un redoutable cartel commandé par Steven Seagal, le très mutique Machete revient pour servir le gouvernement des Etats Unis qui aimerait bien voir disparaitre une bombe pointée sur Washington, télécommandée par un dangereux révolutionnaire gauchiste mexicain. Notre mercenaire préféré se met donc en route vers le Mexique, en tenant de se pas se faire descendre par les cartels, les agents doubles, les tueurs à gages et une partie de la police mexicaine à ses trousses... en plus de Mel Gibson.

 

Après un  premier épisode très agréable, avec déjà un casting poids-lourd, l'éternel gamin qu'est Robert Rodriguez avait l'occasion de pousser encore plus loin son délire de série Z, avec quelques recrues de premier choix comme Charlie Sheen, Mel Gibson et... Lady Gaga. Malheureusement, la mayonnaise ne prendra jamais, la faute à un projet devenu probablement un peu trop lourd, et où le réalisateur-producteur-musicien-scénariste-photographe-monteur ne semble pas s'être trop foulé.

 

Au départ, tout le monde se roule donc dans la série Z mexicaine avec bonheur : ça gueule, ça flingue, ça étripe, ça pend et ça bouffe des tacos, sans jamais se soucier une seconde d'une quelconque vraisemblance.

Mais on aura pas le droit à grand chose d'autre, à part quelques gags sur les moyens de transports divers (hélico, bateau, avion), et un amusant tueur à gages qui change de peau. Sinon, le gimmick principal consiste à buter à peu près un figurant sur deux qui rentre dans le cadre dans les vingt secondes suivantes, tandis que Machete continue en mode indestructible sa course frénétique vers le grand méchant loup.

 

Tout cela est donc assez attendu, peu inventif, pas très bien écrit, et ne donne jamais lieu au grand n'importe quoi jouissif qui était attendu. En témoignent les rôles assez tièdes de Charlie Sheen et (surtout) Mel Gibson, qui ne semblent jamais pouvoir se lâcher complètement en Président et en grand méchant mégalo.

Même quand le film bascule d'un degré supplémentaire  dans la folie en convoquant Star Wars et James Bond, on s'amuse assez peu.

 

Une vraie déception donc, à peine rehaussée par quelques rôles savoureux (Demian Bechir en révolutionnaire schyzo et Amber Heard en miss Texas) qui permettent de ne pas complètement décrocher.

 

Rodriguez reste fidèle à lui même : surprenant et malin quand on ne l'attend pas (Planet Terror) ou quand le challenge est à la hauteur (Sin City), limite dilettante quand il est installé et qu'il dispose d'un budget confortable et d'un casting cinq étoiles.

Il y a des réalisateurs qui ne travaillent bien que sous pression, ce qui n'est pas de bon augure pour un Sin City 2...

 

 

Page Facebook

Compte twitter 

La vieillesse est un naufrage aussi pour les séries et la dernière saison sera vraiment en option..

 

 

Page Facebook

Compte twitter 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires