Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 07:40
Man of steel

 

Submergé par l'armée Marvel, le concurrent DC Comics commence à manquer de cartouches. Après la fin de la deuxième trilogie Batman et quelques gadins de compétition ("Jonah Hex" et "Green Lantern"), c'est donc avec un entrain non dissimulé que Warner est allé ressusciter une énième fois le plus populaire des héros maison. Pour s'éviter une nouvelle désillusion, c'est une équipe de haut niveau (celle de Batman + le réalisateur Zack Snyder) que la studio a lâché sur l'homme à la cape rouge, avec l'objectif avoué de créer une nouvelle franchise qui puisse faire de l'ombre à Iron Man et consorts.

 

Mais voilà, comment ressusciter à l'écran une histoire que beaucoup connaissent, comment trouver son propre style dans ce déferlement de super héros et surtout, comment rendre sérieuse et mythologique l'historie d'un extra-terrestre invincible au look improbable qui sent bon les seventies ?

 

Manifestement lâché en toute liberté par la studio, le trio Nolan brothers (production et scénario) et Snyder (réalisation) reste fidèle à ses principes, et à son style : des héros tourmentés investis d'une mission, un monde en train de s'écrouler dans un fracas assourdissant, le tout avec un sérieux papal qui ne laisse aucune place à l'humour.

D'où cette introduction sur la planète krypton avec Russel Crowe en pythie annonçant l'apocalypse avant de balancer son rejeton dans l'espace .Passé ce morceau de bravoure divertissant, mais un peu froid, "Man of Steel" se lance alors dans la désormais indispensable introspection de son super héros, avec flash-backs en série sur une enfance heureuse où papa Kevin Costner lui explique le sens de la vraie vie debout sur son tracteur.

Malgré la beauté des images, malgré des interprètes qui y croient dur comme fer, ça ne passe pas très bien, surtout quand l'épilogue de ces séquences consiste en une scène de tornade totalement téléphonée avec un ridicule sauvetage canin qui vaudra à Kevin Costner toute l'amitié de Brigitte Bardot, et quelques décennies de moqueries biens méritées.  Heureusement qu'on revient de temps en temps au sujet avec quelques séquences mystérieuses ou spectaculaires bien troussé, et des interprètes très au point.

 

Reste alors une bonne heure de dézinguage en règle puisque c'est le moment où le superméchant (Michael Shannon, aussi bien qu'on peut l'être) débarque en mode Attila pour dessouder l'exilé perdu. Commence alors une curieuse suite de scènes de destruction (très) massive, qui ont comme point commun de rappeler chacune des films drôles ou ratés. Quand on fait péter la rue dans le désert, c'est Thor. Quand on s'empoigne dans les airs, c'est Matrix 3. Et bien sûr, quand on rase pour le plaisir une mégapole américaine, c'est Independance Day. Transformés en machines de guerre proche du bombardier B2, Superman et ses adversaires se cognent alors dessus pendant de très longues minutes, portés par la musique (?) omniprésente d'un Hans Zimmer qui ne gagne pas en finesse avec les années.

 

C'est long, pénible, bruyant, désagréable. Un enchaînement qui finit par enfoncer un film de plusieurs tonnes, qui tenait jusqu'ici (comme d'hab chez Snyder) vaguement la route grâce à la qualité de son image et de son interprétation. Alors même si on sait gré à la fine équipe de ne pas avoir fait du Marvel, le sérieux de la chose et sa longueur totalement inutile (il devrait y avoir une loi contre les blockbusters de plus de 2 heures) rendent l'expérience au final assez déplaisante.

 

Une semaine après avoir vu "Star Trek", sa légèreté, son humour, son sens du spectaculaire, la comparaison est très dure pour l'homme d'acier...

 

Page Facebook

Compte twitter 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

search more 12/11/2014 11:38

I think this is the best superman movie. I have never been a huge fan of superhero movies. I never liked fantasy movies either. So, I didn’t really have many expectations about the movie. But, it turned out to be really good.