Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 13:45
Michael Kohlhaas

 

Passé relativement inaperçu dans un festival de Cannes très riche, le film mérite pourtant le détour malgré une sortie aoutienne qui parie sur la fatigue des blockbusters (Leos Carax et Lars Von Treir avaient déjà tenté le coup).

Voire même plus qu'un détour puisque, malgré une forme "art et essai" qui pourra le rendre difficile d'accès, Michael Kohlhaas propose beaucoup de choses qu'on ne voit que rarement dans les salles climatisées du cœur de l'été : des images magnifiques, un rythme paisible, une réflexion profonde et un acteur en état de grâce.

 

C'est d'injustice qu'on parle, un thème intemporel, mais qui trouve un écho encore plus fort dans ce XVIème siècle ou un éleveur de chevaux est victime de la roublardise d'un jeune seigneur. Le larcin n'est pas si important, et pourtant l'homme mis à terre se révolte. Pour 2 chevaux et un passage à tabac, il va tout sacrifier, lever une armée, pousser à l'insurrection, entraîner sa famille dans ce drame.

 

C'est là que l'histoire de cet homme est universelle : où faut-il s'arrêter ? quel est le prix de se battre contre l'injustice ? Ce destin pourrait être transposé n'importe où.

Une des grandes réussites du film tient à la discrétion de la reconstitution, qui ne cherche jamais à étaler costumes et décors, pour mieux conserver une trajectoire presqu'intemporelle. Et permet aussi d'éviter l'académisme et de se concentrer sur le cœur du film. Une leçon à méditer pour tous ces films en costumes qui ne semblent jurer que par les robes, les armures et les châteaux-forts.

 

Malgré cette approche ouverte, le traitement du film reste très "auteur", et il a ses détracteurs, qui guetteront dans ces longs silences la vacuité et le manque de chair. Mais quelle beauté dans les paysages des Cévennes, le vent, la lumière. Quelle intelligence dans l'apparition de Denis Lavant, veut convaincre le héros de rendre les armes. Et surtout quelle présence incroyable d'un Madds Mikelsen transfiguré.

Rarement aura t-on vu un acteur faire autant corps avec son film, le porter, l'incarner jusqu'à la dernière image.

 

Il reste quelques salles. Si votre temps de cerveau disponible est saturé par les explosions et les super-héros moisis, laissez vous tenter.

 

 

Page Facebook

Compte twitter 

 

hisser au dessus du blockbuster standard. Ca reste dans la moyenne,  ce qui est décevant au vu du précédent film de son auteur.

Mais toujours plus recommandable que beaucoup de pachydermes numériques qui échouent sur nos écrans. ..

 

 

Page Facebook

Compte twitter 

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

http://www.carpediemfrance.fr 20/06/2014 03:47

On en veut plus traité de cette manière. Sympa.

Fifien 25/08/2013 11:00

Je l'attends depuis une paire de temps, mais il va falloir que je fasse une paire de kilomètres pour pouvoir le voir - et ton article me donne encore plus envie !