Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 08:31
World War Z

 

 

Jamais en retard d'un train quand il faut surfer sur les tendances, un grand studio à fini par se décider à lancer le projet "World War Z", qui était un des serpents de mer les plus fameux d'Hollywood. Le succès monstre de la série "Walking dead" n'y est probablement pas étranger, même si il y a un monde d'écart entre la série B gore d'AMC et ce blockbuster des familles pas désagréable mais hautement inoffensif. 

 

La coup d'envoi est d'ailleurs donné dans la rassurante chaleur du noyau familial américain. Puis ça arrive vite. Très vite.

Loin des zombies boitillants et anesthésiés de Walking Dead, le "zékés" de World War Z sont effroyablement rapides et agiles, propageant la maladie comme un feu de brousse dans toutes les grandes villes du monde (mais d'Amérique avant tout). C'est dans cette rapidité que le film trouve un équilibre. Combiné à une durée raisonnable, le rythme tambour battant des voyages aux quatre coins de la planète permet de maintenir un intérêt continu, et de s'épargner les trous d'airs des blockbusters à rallonge.

 

Et puis l'image est agréable, les décors changeants, les acteurs bien dans leurs pompes, on a même quelques scènes filmées d'hélico assez impressionnantes... tout ça a l'air propre pour un blockbuster estival.

 

Et heureusement parce qu'avec un réalisateur pareil, il faut vraiment que le spectacle soit ailleurs. Les mystères de la production sont décidemment impénétrables, mais pourquoi avoir confié un paquebot de cette envergure à Marc Foster, déjà coupable d'avoir salopé "Quantum of Solace" ? Incapable de filmer, le mouvement, la vitesse, la panique, il rend une copie brouillonne et désagréable à l'œil dans les scènes d'action, tout en faisant le minimum syndical par ailleurs.

 

Avec un branquignole pareil, pas facile pour le film de se hisser à hauteur de son ambition très premier degré, et parfois cela déraille. Comme lors de cette escapade en Corée qui commence avec une mort violente qui tient presque du gag. Comme cette habitude pénible de se servir de la famille décorative du héros comme fil rouge. Et puis comme cette fin christique un peu foireuse au fin fond du Pays de Galles.

 

Sans compter que le sang et la violence sont évidemment toujours hors champ, classement PG13 américain oblige, pour ne pas frustrer les adolescents et le tiroir caisse de Paramount...

 

Mais pourtant, on passerait presque un bon moment en compagnie de notre pote Brad Pitt, malgré tous les défauts criants de ce film un peu foireux. Car la grande chance de "World War Z", c'est probablement de sortir entre un douzième Marvel, un quinzième Superman et un vingt troisième Bruckheimer ("The Lone Ranger" avec Johnny Depp).

Et tout cela a beau ne pas être très brillant, on a le droit de trouver ça moins zéroïdé qu'"Iron Man 3", et moins antipathique que "Man of Steel". 

 

 

Page Facebook

Compte twitter

Partager cet article

Repost 0
Published by DH84
commenter cet article

commentaires

microneedle derma roller 09/06/2014 14:33

I have seen this film world warz and I think a lot of violence has been incorporated into the film. I would advice all the parents not to allow their children to see this film as it is purely giving a negative message to the society.